HOME       VOLUNTEER OVERSEAS       BLOGS

Friday, 21 November 2014

Week 8: A Time for Reflection

As week 8 draws to an end, our team has had time to individually reflect on their time at working at HSB. As HSB is a disability rights organisation, we sat down and considered what working at such an organisation has helped teach us as individuals about disability, and what we have learnt as a result of our placement here. Here is what our team thought:

Olivia

Since working for HSB, I’ve seen for myself how disability does not have to hinder a person’s life as much as I thought. Although many people in Burkina Faso cannot afford the equipment and facilities they need, I was quite surprised to see that despite being a third world country, there are a surprising number of schools and organisations related to disability that help empower people who live with a disability. I have learnt however how difficult life can be for people with disabilities in Burkina Faso, as due to the expense of the schools and equipment, many children and adults cannot have the sufficient care they need. Also, disability is perceived quite negatively here in Burkina Faso, therefore people can be shunned in society. However, the number of organisations and schools that do exist to empower people who live with disabilities show progress, and hopefully over time these can truly impact widespread discrimination of people with disabilities. Seeing wheelchair tennis and wheelchair basketball be played first-hand was amazing: the athletes who play these sports are absolutely incredible and far better at their sports than our team, despite us not having to play in a wheelchair! Their power and strength showed me how a disability does not have to hinder that person, and that they still have incredible potential and skill in spite of their disability. Also, going to the welding workshop was truly inspiring to see all the guys fully passionate about helping others who live with a disability, and it was so nice to see a community of brilliant people who are living with similar conditions. Both the staff at HSB and the guys at the welding workshop are especially influential, as you see truly how lucky you are to be able-bodied, and how determined and happy these guys are despite their disability. Lacking the same mobility as a non-disabled person evidently must take so much patience in order to get through every day life, and shows me how trivial other worries of able-bodied people can be. 

Depuis le début de mon travail ici, je vois que le handicap ne doit pas entraver la vie d’une personne autant que je ne l’ai pensé. Bien que beaucoup de personnes au Burkina Faso ne puissent pas se permettre l’équipement et les matériels dont ils ont besoin, j’ai eu la surprise de voir, même dans un pays en voie de développement, beaucoup d’organisations consacrées à renforcer les capacités des personnes en situation de handicap. Pourtant, j’ai aussi appris comment la vie peut être difficile pour les personnes en situation de handicap ici, parce que, à cause du prix des matériels et de la scolarisation, beaucoup d’enfants et d’adultes ne peuvent pas subvenir à leurs besoins. En plus, le handicap a une image assez négative ici au Burkina Faso, ce qui veut dire que les personnes en situation de handicap peuvent être exclues de la société. Cependant, le nombre d’organisations et d’écoles qui existent pour renforcer les droits et les capacités des personnes en situation de handicap montre beaucoup de progrès à cet égard, on espère bien qu’avec le temps, cela peut avoir un impact positif contre la discrimination sur les personnes en situation de handicap. Regarder le handitennis et le handibasket directement a été impeccable : les athlètes sont incroyables et beaucoup plus talentueux que notre équipe, même si nous ne sommes pas en fauteuil roulant ! Leur puissance et fortitude m’ont montré que le handicap ne doit pas forcement entraver une personne, et qu’elle a toujours des capacités et du potentiel malgré le handicap. De façon similaire, aller voir l’atelier de soudure a été vraiment inspirant : voir les soudeurs qui ont pour passion l’autonomisation des personnes en situation de handicap, rencontrer cette communauté brillante de gens qui vivent avec des conditions similaires. Connaitre le personnel à HSB et les soudeurs a été très inspirant : ça fait comprendre en même temps que nous avons de la chance de ne pas devoir vivre dans des conditions similaires, et combien nos collègues sont capables et allègres malgré le handicap. Pour ceux qui sont en situation de handicap, il faut sûrement beaucoup de patience pour mener toutes les tâches quotidiennes, et cela me montre combien les inquiétudes et les plaintes des personnes ne vivant pas avec un handicap peuvent être triviales. 

Melissa

We have lead awareness raising sessions at schools where we ask the children what they think disability means. To ask this question we before-hand, along with Natalie the director of the drop in centre, decided on the definition we wanted to represent disability. We settled on ‘an obstacle or break; something that holds you back from doing exactly what you want.’ This by no means is a universal definition, but for children we thought it was a simple way to represent what we wanted to highlight; that disability does not mean one is incapable of doing things, but there is an obstacle that they have to work around. And working for HSB I can see that this is true. People may have a preconception that people with a disability would not be able to play sport like we do; yet every Wednesday I play wheelchair tennis with Mouris and rarely win. People may be misinformed and believe that people living with a disability would find it harder in employment; yet I work every day in a charity run exclusively by people with disabilities, alongside my national volunteer Tankoanoa who has just received his law degree and also has a disability. And that is what is wonderful about HSB, through their visibility they challenge misconceptions about disability, and help fight the stigma which can originate from a miseducation on what disability means. 

Nous avons mené des sensibilisations dans des écoles où nous avons demandé aux enfants ce qu’ils pensent que signifie le handicap. Avant de poser cette question nous avons choisi une définition du handicap qui nous paraissait bien. Avec Natalie, responsable du centre d’écoute et de l’Espace Bambino, nous nous sommes penchés sur ‘un frein, un obstacle, quelque chose que t’empêche de faire ce que tu veux’. Cela n’est pas une définition universelle mais pour les enfants c’est une façon simple de représenter le handicap; qu’avoir un handicap ne signifie pas qu’on est incapable de faire les choses, mais qu’il y a un obstacle qu’il faut surmonter. Travaillant pour HSB je peux voir que cela est vrai. Des personnes peuvent avoir un préjugé que les personnes en situation d’handicap ne pourraient pas jouer le sport comme les personnes sans handicap; mais chaque mercredi je joue au tennis en fauteuil roulant avec Moïs et rarement je gagne. Des personnes peut être mal informes et croyaient que des personnes dans la situation d’handicap auraient un problème dans travaille ; mais je travaille tous les jours pour une organisation fait partie du personnel en situation d’handicap avec mon collègue Tankouano qui a un handicap et a juste recevoir son diplôme de droits. Qu’est le choisie fantastique à propos de HSB ; par leur visibilité ils contestent misconceptions à propos handicap et aident lutte le stigma qui peut commencer en a mis éducation sur la signifiant de handicap.

Tankoano

Pendant longtemps, le handicap a été perçu dans son aspect uniquement physique ou mental. Cette conception du handicap a eu pour principale conséquence la mise à l’écart de la personne victime. C’est ainsi que les droits les plus élémentaires de ces personnes ont été foulés aux pieds pendant des siècles et des siècles. La société voyait en la personne souffrant du handicap, la pitié, l’appel au secours…La personne handicapée n’était pas associée dans la prise des décisions visant les actions de développement et parfois à juste raison car immobilisée sur place, elle n’avait pas des connaissances au-delà de ce qu’elle voit dans son entourage. 

Fort heureusement aujourd’hui, les mentalités ont changé et cela grâce à l’action des organisations de défense de droits humains faisant de la personne handicapée, un acteur de développement a part entière. Le handicap n’est plus perçu heureusement comme un malheur mais juste comme un disfonctionnement du corps humain au même titre que toute autre maladie. Dans les politiques de développement aujourd’hui, il est désormais question de comment créer un environnement favorable à la participation de la personne handicapée à la construction de la nation. Le niveau de participation au développement de la personne handicapée dépend des conditions de son environnement et des moyens mis à sa disposition (infrastructures, technologies, relations…). 

For a long time, disability was only considered in terms of categorising people into physical or mental conditions. This understanding of disability had the negative effect of sidelining people with disabilities and victimising them. Thus the most basic rights of these people have been trampled on for centuries and centuries. Society looked at people with disabilities and felt pity, or saw a cry for help... Disabled people were not included in decision-making about national development activities: in fact, this was even sometimes with good reason because, immobilized within their own communities, they often did not have any wider knowledge of the wider world around them.

Fortunately now, attitudes have changed, thanks to the work of organizations that defend the human rights of the people with disabilities, development actors in their own right. Disability is no longer perceived as a misfortune but fortunately just as a malfunction of the human body just like any other disease. In development policy today, it is now a question of how to create support for involving disabled people in national development. The level of participation depends on the conditions of the disabled person’s environment and the means at their disposal (infrastructures, technologies, relationships ...).

Caroline 

I came to HSB with some pretty strong ideas about disability, about the importance of the social model over the medical model, about inclusivity, pride over pity and treating everyone the same way. While of course these values have not diminished, working with disability in Burkina Faso has really driven home the actual reality on the ground for people. In the UK, we’re lucky enough that at least meeting the minimum medical needs of disabled people – providing a wheelchair for someone who can’t walk, hospital treatment for those whose conditions can be improved, and specialised care for those who are visually or hearing impaired – is pretty much a given. So, embarrassingly enough, it did come as a bit of a shock that it really isn’t here: for example, I frequently see people who would certainly have a wheelchair in the UK struggling along with crutches. And to make things worse, people with disabilities in Burkina Faso are not only subject to the access issues that shouldn’t, but do, almost always come with the territory. They also have specific abuse directed their way because of stereotypes about disability: it is believed by many that people who have a disability can’t possibly work or contribute, and by some that they might even be possessed by an evil spirit. It’s been a real eye-opener, and although this clearly isn’t a situation that’s going to change overnight, it’s been a great to have had the opportunity of working with a burkinabé organisation that’s trying to change these negative perceptions and make their society more equal and inclusive.

Je suis venue à HSB avec des idées assez concrètes sur le handicap, sur la précédence du modèle sociale sur le modèle médical, sur l’inclusion, la fierté ayant précédence sur la pitié et sur l’importance de traiter tout le monde de façon égal. Tandis que le cours de ces valeurs ne faiblissait pas, le travail avec  le handicap au BURKINA FASO a renforcé pour moi la réalité de vivre le handicap. Au royaume Uni, nous avons la chance au moins de réunir le minimum des besoins médicaux des personnes handicapées –fournir au fauteuil roulant a quelqu’un qui ne peut pas marcher’ des traitements médicaux a ceux dont les conditions ne permettent pas d’en avoir, des soins spéciaux pour les malentendants et les malvoyants-ce qui est une très bonne chose. Alors, c’est de façon suffisamment embarrassante et choquante que la même chose n’existe pas ici. Par exemple j’ai souvent vu des gens qui auraient eu des fauteuils roulants au ROYAUME UNI se battre avec des béquilles. Ce qui est pire, c’est que les personnes en situation de handicap au BURKINA FASO ne sont pas seulement sujet  a l’inaccessibilité aux infrastructures, ce qui est inhérent a leur situation de handicap même si ça ne devait pas être comme ça, mais ils sont aussi victimes directement d’abus spécifiques lies au stéréotype relatif à la situation de handicap : beaucoup des gens pensent qu’ils ne peuvent pas travaille ou contribuer et d’autres pensent même qu’ils sont possédés par des esprits mauvais. C’est une réalité qu’il faut ouvrir l’œil et avoir à l’esprit que c’est une situation qui ne peut pas changer du jour au lendemain. C’est une très bonne chose d’avoir eu l’opportunité de travailler avec une organisation Burkinabè qui essaye de changer ces perceptions négatives et parvenir a une société plus égale et plus inclusive.

No comments:

Post a Comment